Vital

News & commentary about the global health workforce
Vital Home

This Nigerien Med Student Has a Plan to Tackle Family Planning Taboo

Photo courtesy of IntraHealth International.

Mariama Abdou Gado accepts the AmplifyChange grant at the 2018 International Conference on Family Planning. Photo courtesy of IntraHealth International.


Mariama Abdou Gado is working with young religious leaders to revolutionize sex ed in Niger.


en français

Mariama Abdou Gado is fearless when it comes to tackling the taboos and social norms that prevent young Nigeriens like her from learning about their sexual and reproductive health.

She’s 21 years old, a medical student, and not afraid to talk about sex, pregnancy, or contraception with anyone.

“Young people represent almost 70% of the population in Niger,” Mariama says. “Should they go without information? No!”

Now, with the €30,000 AmplifyChange grant she won at the International Conference on Family Planning, she’s reaching out to some of the most influential voices on the topic in Niger: young religious leaders.

Niger and family planning

Niger has the world’s highest total fertility rate—women have an average of 6.5 children—and one of the world’s lowest contraceptive prevalence rates—less than 16% of Nigerien women are using a modern method of contraception. It also has a very high maternal mortality rate—553 women die in childbirth for every 100,000 live births.

Greater access to family planning information and services for young people could change this and address Niger’s unmet need for family planning, which stands at 20%

Niger is an FP2020 focus country and committed to increasing its contraceptive prevalence rates. It's already making progress—since 2012, 308,000 more Nigeriens have started using family planning.

Advocacy in Niger, and at different levels in the region, is driving this progress. Mariama’s winning plan will build on successful advocacy focused on young people, who she says still lack vital information about sexual and reproductive health.


“Young people represent almost 70% of the population in Niger,” Mariama said from the stage. “Should they go without information? No!” Photo courtesy of IntraHealth International.

Focus on youth

Mariama is one of 364 Family Planning Youth Ambassadors across francophone West Africa who’ve been trained by IntraHealth International through its Strengthening Civil Society for Family Planning in West Africa Project (CS4FP) project. She’s been president of the Youth Ambassadors in Niger for more than a year, leading family planning advocacy campaigns and taking part in high-level discussions with ministries of health and other partners to increase access to contraceptives and youth-friendly reproductive health services.

As almost 70% of Niger’s population is under 25 years old, youth-focused advocacy initiatives are vital for addressing growing population dynamics.

In coordination with the Youth Ambassadors in Niger, Mariama crafted an advocacy plan aimed at getting young religious leaders in the country to support integration of sexual and reproductive health education into schools. She knew this target audience will likely influence cultural and religious norms in the region for the next 50 years.

Now, with the AmplifyChange grant, Mariama and her team have one year to implement the plan.

Three questions for Mariama

Q: Why did you decide to become a family planning youth ambassador?

I’m passionate about health, and studying medicine is all I’ve ever wanted to do. My patients’ well-being is my first priority, and I see that family planning and sexual and reproductive health education can really improve their well-being.

I am seeing many young girls becoming pregnant. I’ve been helping a young girl—13 years old—who is pregnant. She didn’t even know how she got pregnant—she doesn’t have information and that’s a big problem. Stories like hers have made such an impact on me, I decided I’m going to do my best to make sure other young people don’t get in this situation.

Q: How do you reach out to young people who might not have access to services or know where to go for help?

I write about sexual and reproductive health and family planning on my blog, and I created a Facebook page. Through my page, I heard from a 15-year-old girl who was pregnant. Her family had rejected her and she didn’t have anywhere to go.

Taboo is the problem. We need to change this.

I found an orphanage where she could stay until she had made an arrangement with her family. I worked with a religious leader and asked him to help her parents understand she is already pregnant and now needs support. The religious leader talked with them and they understood. Now she’s back with them.

She’s interested in family planning now. So I explained to her the different family planning methods and I showed her the youth-friendly centers in our city, so she can go for contraception. I’m available to her anytime she needs information. 

Q: Tell me about your advocacy plan.

When I created my Facebook page, in less than 24 hours I had more than 500 followers. This shows that young people need information! I wanted to do a big thing. But I wasn’t able to because I was alone. Now that I’m with the Youth Ambassadors, I can do very big things.

Our project is about working with young [Muslim and Christian] religious leaders to accept the integration of comprehensive sexual and reproductive health education in schools They’re very influential in Niger—they are recognized by the government and already present in our schools. They’re the best way to make young people understand what sexual and reproductive health is about, and if they speak, young people listen and follow. Religion is very important in my country—Islam is practiced by more than 90% of the population

Parents don’t talk to children about sex because of cultural norms.

For this grant, we are focusing on the young religious leaders in Niamey, the capital, where the most influential leaders in the country are found. Once they understand [the importance of family planning], it will be easy for us to get other religious leaders onboard.

First, we are going to prepare an Argumentaire (or an official religious argument) and present it to young religious leaders. In my religion, Islam, talking about sexual and reproductive health education is not a problem, spacing of childbirth is not a problem.

Taboo is the problem—people think we shouldn’t talk about sexual and reproductive health because they think we’re encouraging young people to have sex. We’re not converting anyone by telling them the consequences of their actions. We are trying to encourage them to have responsible behavior in their sexual life.

Parents don’t talk to children about sex because of cultural norms. Even at schools, we don’t have sexual and reproductive health education. We need to change this.

Want more? Watch Mariama discuss the dos and don’ts of introducing comprehensive sexual education in West Africa during this Facebook Live segment produced by IntraHealth during the International Conference on Family Planning (in French):

IntraHealth International’s CS4FP Plus project engages young people across the nine francophone West Africa Ouagadougou Partnership countries as Family Planning Youth Ambassadors. The CS4FP Plus initiative is funded by the William and Flora Hewlett Foundation and the Dutch Embassy. CS4FP supports the introduction of comprehensive sexual education into secondary schools in Niger. To date, 200 teachers have been trained and an additional 300 will be trained in March 2019.

Learn more about IntraHealth’s advocacy initiatives through the Ouagadougou Partnership  and the Frontline Health Workers Coalition.

Contraception, éducation sexuelle, MGF, fistule : Ce groupe de femmes au Mali s'attaque à tout

Mariama Abdou Gado travaille avec des jeunes leaders religieux pour révolutionner l'éducation de la santé de la reproduction au Niger.

Mariama Abdou Gado fait preuve d'une certaine bravoure lorsqu'il s'agit de s'attaquer aux tabous et aux normes sociales qui empêchent les jeunes Nigériennes comme elle de mieux connaître leur santé sexuelle et génésique.

Cette étudiante en médecine de 21 ans n'a pas peur de parler de sexualité, de grossesse ou de contraception à qui que ce soit. « Les jeunes représentent près de 70% de la population au Niger, » explique Mariama. « Doivent-ils se débrouiller sans la moindre information ? Bien sûr que non ! »

Désormais, grâce à la subvention AmplifyChange de 30 000 euros qu'elle vient de remporter, dans le cadre de la Conférence internationale sur la planification familiale, elle part à la rencontre des voix très influentes sur ce sujet au Niger, à savoir les jeunes leaders religieux.

Le Niger et la planification familiale

Le Niger affiche un indice synthétique de fécondité parmi les plus élevés au monde, avec 6,5 enfants par femme en moyenne, et des taux de prévalence contraceptive parmi les plus faibles à l'échelle internationale, avec moins de 16% de femmes utilisant une méthode contraceptive moderne. Le Niger possède également un taux de mortalité maternelle très élevé, avec 553 décès maternels à la naissance pour 100 000 naissances vivantes.

L'accessibilité accrue des informations et des services de planification familiale chez les jeunes pourrait changer la donne et permettre au Niger de remédier aux besoins non satisfaits dans ce domaine qui s'élève à 20%

Le Niger est un pays ciblé par l'initiative FP2020 et s'engage à accroître ses taux de prévalence contraceptive. Ainsi, depuis 2012, plus de 308 000 Nigériennes ont commencé à recourir à la planification familiale.

Les efforts de plaidoyer au Niger, et à différents niveaux dans la région, favorisent de telles avancées. La stratégie gagnante de Mariama capitalisera sur les efforts de plaidoyer aboutis ayant ciblé les jeunes qui manquent encore, selon elle, d'informations essentielles concernant la santé sexuelle et reproductive.

Mettre l'accent sur la jeunesse

Mariama est l'une des 364 ambassadrices de la jeunesse en matière de planification familiale à travers les pays francophones d'Afrique de l'Ouest qui ont été formées par IntraHealth International par le biais du projet de Renforcement de la société civile pour la planification familiale en Afrique de l'Ouest (CS4FP). Elle est la présidente du Réseau des Jeunes Ambassadeurs pour la Santé de la Reproduction et  la Planification Familiale au Niger depuis plus d'un an et dirige les campagnes de plaidoyer en matière de planification familiale, en prenant part à des discussions de haut niveau avec les ministères de la Santé et d'autres partenaires pour accroître l'accessibilité des contraceptifs et des services de santé de la reproduction à l'écoute des jeunes.

Dans la mesure où près de 70% de la population nigérienne a moins de 25 ans, les initiatives de plaidoyer axées sur la jeunesse sont capitales pour faire face aux dynamiques de croissance démographique.

En coordination avec les Jeunes Ambassadeurs de la SRPF au Niger, Mariama a élaboré une stratégie de plaidoyer devant amener les jeunes leaders religieux du pays à soutenir l'intégration de l'éducation à la santé de la reproduction dans les écoles. Elle savait que ce public cible influencerait probablement les normes culturelles et religieuses de la région pour les 50 prochaines années.

Désormais, grâce à la subvention AmplifyChange, Mariama et son équipe dispose d'un an pour mettre leur projet à exécution.

Trois questions pour Mariama

Q : Pourquoi avez-vous décidé de devenir une ambassadrice de la planification familiale auprès de la jeunesse ?

La santé est quelque chose qui me passionne et étudier la médicine est ce que j'ai toujours voulu faire. Le bien-être des populations constitue ma première priorité et je m'aperçois que la planification familiale et l'éducation à la santé de la reproduction peuvent réellement l'améliorer.

Je vois beaucoup de jeunes filles tomber enceinte. J'ai récemment aidé une jeune fille de 13 ans enceinte, elle aussi. Elle ne savait même pas comment cela lui était arrivé. Elle n'avait reçu aucune information et cela est un vrai problème. Des histoires comme la sienne ont eu un véritable impact sur moi. J'ai ainsi décidé de faire de mon mieux pour veiller à ce que d'autres jeunes ne se retrouvent pas dans cette situation.

Q : Comment atteignez-vous les jeunes qui d’habitude n'auraient pas accès aux services ou qui ne sauraient pas où obtenir de l'aide ?

Je rédige des articles sur la santé de la reproduction et la planification familiale sur mon blog. J'ai aussi créé une page Facebook à travers laquelle par exemple, j'ai été contactée par une fille de 15 ans qui était enceinte. Sa famille l'avait rejetée et elle n'avait nulle part où aller.

J'ai trouvé un refuge où elle pouvait rester jusqu'à ce qu'elle parvienne à s'entendre avec sa famille. J'ai collaboré avec un leaderreligieux et lui ai demandé d'aider ses parents à comprendre qu'elle était enceinte et que c'était maintenant qu'elle avait besoin de leur soutien. Le leader religieux s'est entretenu avec eux et ils ont compris la situation. Elle est désormais de retour dans sa famille.

Elle s'intéresse maintenant à la planification familiale. Alors, je lui ai expliqué les différents types de méthodes et lui ai présenté les centres à l'écoute des jeunes dans notre ville pour qu'elle puisse y obtenir des contraceptifs. Je reste à sa disposition à tout moment si elle a besoin de renseignements. 

Q : Parlez-moi de votre stratégie de plaidoyer.

Lorsque j'ai créé ma page Facebook, en moins de 24 heures, j'étais déjà suivie par 500 personnes. Cela montre à quel point les jeunes ont besoin d'informations. Je voulais faire les choses en grand. Mais je n'en étais pas capable car j'étais seule. Maintenant que je travaille avec les Jeunes Ambassadeurs, je peux faire de très grandes choses.

Notre projet consiste à travailler avec de jeunes leaders religieux [musulmans et chrétiens] pour faire accepter l'intégration d'une éducation complète en matière de santé de la reproduction dans les écoles. Ces personnes sont très influentes au Niger. Elles sont reconnues par le Gouvernement et sont déjà présentes dans les écoles. Elles constituent le meilleur vecteur de sensibilisation des jeunes à la santé sexuelle et reproductive. Lorsqu'elles s'adressent aux jeunes, ils leur prêtent une oreille attentive et suivent leurs conseils. La religion joue un rôle prépondérant dans mon pays. L'Islam est pratiqué par plus de 90% de la population

Dans le cadre de cette subvention, nous nous focalisons sur les jeunes leaders religieux de Niamey, la capitale, où se trouvent les leaders les plus influents du pays. Une fois qu'ils auront saisi [l'importance de la planification familiale], nous aurons plus de facilité à en rallier d'autres à notre cause.

Tout d'abord, nous allons préparer un argumentaire officiel que nous présenterons aux jeunes leaders religieux. Dans ma religion, l'Islam, parler de l'éducation en matière de santé de la reproduction ou de l'espacement des naissances n'est pas un problème.

Le problème, c'est le tabou. Les gens pensent qu'on ne doit pas parler de santé sexuelle et reproductive parce qu'ils croient que nous encourageons les jeunes à avoir des rapports sexuels. Nous ne convertissons personne en alertant les jeunes quant aux conséquences de leurs actions. Nous tentons juste de les encourager à adopter un comportement responsable dans leur vie sexuelle.

Les parents ne parlent pas de sexualité à leurs enfants en raison des normes culturelles. Même dans les écoles, nous n'avons pas d'enseignement sur la santé de la reproduction. Nous devons changer cela.

Pour en savoir plus : Regardez Mariama parler des choses à faire et à ne pas faire quand il s'agit de présenter l'éducation complète à la sexualité en Afrique de l'Ouest, durant un segment Facebook Live produit par IntraHealth durant la Conférence internationale sur la planification familiale (en français) :

Le projet CS4FP Plus d'IntraHealth International engage des jeunes à travers les neuf pays francophones du Partenariat de Ouagadougou en Afrique de l'Ouest en tant qu'ambassadeurs en planification familiale auprès de la jeunesse. L'initiative CS4FP Plus est financée par la Fondation William et Flora Hewlett et l'Ambassade des Pays-Bas. Le projet CS4FP soutient l'introduction de l'éducation complète à la sexualité dans les écoles secondaires au Niger. À ce jour, 200 enseignants ont été formés et 300 autres le seront en mars 2019.

Pour en savoir plus sur les initiatives d'IntraHealth en matière de plaidoyer, veuillez consulter le Partenariat de Ouagadougou et la Coalition des agents de santé de première ligne.