News

Women on the Rise in Global Health: Q&A with a Malian Trailblazer

Hawa Diallo

"It is a great honor to play a part in the development of my country," said Hawa Diallo of the Orange Mali Foundation at SwitchPoint 2018. Photo courtesy of IntraHealth International.


How can more women rise to leadership positions in global health and beyond? Hawa Diallo has some ideas.


en français

What will it take to open more leadership positions to women in global health? How can we help more women and girls get the health services they need? And are we anywhere close to achieving gender equality?

These are some of the questions we’re asking in our Women on the Rise in Global Health series. We’re looking for ideas and insights from women leaders throughout the health care and global health fields on how they’ve gotten where they are, and what it will take to change the statistics.

This time Molly Rosett and I sat down with Hawa Diallo, the general administrator of the Orange Mali Foundation. Orange is one of Mali’s biggest companies—kiosks for their mobile phone and internet services seem to be everywhere, even in remote parts of this massive country.

“It’s a communications enterprise, yes,” Diallo says, “but we also feel a responsibility to help the Malian population rise out of poverty.”

Women have to be educated. And they have to fight for themselves.

One way the foundation is doing that is by building clean, safe spaces at health facilities for women to stay while receiving care for obstetric fistula—one of the most disempowering afflictions in the world, and all too common in countries where women don’t have equal rights, girls are married off at young ages, and female genital mutilation is widespread.

Can you tell us a bit about your childhood and career path?

Diallo: I grew up in Mali in a family with a lot of sisters and brothers. My parents didn’t go to school, but they did everything they could to make sure we could. My father told us, “Your first husband is your diploma.”

As I grew up, I saw how much women were suffering in Mali. I had a lot of older cousins, and I saw that the ones who had an education had a good, rich life. But those who didn’t study were dependent on their husbands, so they had no freedom.

In Mali, most of the time, children’s education is left to the women. But when a woman isn’t well taken care of herself, she can’t take care of her children’s education. There are a lot of kids that don’t go to school, and it’s for a lack of something like 10 dollars a year.

I did well in school and got a scholarship to study in France. When I came back, I worked for a communications firm, then in a bank. When I started working for what became Orange, I was a salesperson. Then I moved to mobile banking and was the head of Orange Money for five years before I came to the foundation, where we work in health, education, culture, and solidarity.

Mali is a poor country and there are a lot of needs. My role is to help the population have better access to health care, help kids succeed in school, and support Mali’s strong cultural heritage.

What is it like to be a woman and a professional in Mali?

Diallo: It’s difficult. When men work with an effort level of one, women have to work with an effort level of two. Women have to study harder and get more education to work at the same levels as men. Even then, there are certain professional positions that are reserved for men.

Sometimes when I’m working, if I’m with a male colleague, the partners I’m meeting with will talk to him, and think he’s the boss. And when I first started managing a team, I found the men didn’t respect me right away and were difficult to work with.

When you’re in that position, you have to know your work really well and understand the work of the people you’re managing even better than they do. Once they realize you weren’t just hired out of nowhere and you know the work, they start to respect you.

Who are your role models?

Diallo: One is Nelson Mandela. Not because he was a man, but because he fought for what he believed in. And when you fight for what you believe in, you give a good example for your children, who will also fight for what they believe in.

What do you think it will take to get more women into leadership positions like yours?

Diallo: It starts at home. In Mali, girls are taught life skills, like cooking and cleaning and doing laundry. If a boy comes into the kitchen and wants to help, he’ll be shooed away. If a girl wants to go outside and play, she’ll be told no.

Women have to be educated. And they have to fight for themselves, because Mali is a patrilinear society. There are a lot of women who go to school, get a degree, and get married—and then their husband says ‘No, you must stay home.’

My father told us, "Your first husband is your diploma."

We need more women within the Malian government itself, because women will help more women come into decision-making positions.

What are you doing to help women with obstetric fistula in Mali?

Diallo: When I started at the foundation, it was already supporting women with fistula. They gave 50 surgical kits every year and were supporting the Oasis Center at the Point G Hospital in Bamako. I saw these women with fistula suffering terribly, but I didn’t know what more we could do to help them. Then we received a request from IntraHealth to talk.

Cheick Touré brought all the Fistula Mali project staff and partners together for this meeting to all talk about what everyone could contribute to help these women. It came up during that conversation that there was no dedicated space for them at the hospitals when they come for their surgeries.

So we built a welcome center for fistula clients at Sikasso Hospital in southern Mali. And we are now building another one at the Koulikoro referral health center, as well.

We also have a program at Orange Foundation called Maison Digital (or Digital Home) where we work with women across Mali to use tablets to manage their finances and learn accounting skills. We hope to integrate fistula clients into this program.

[Read: After Fifty Long Years with Obstetric Fistula, Two Women Reclaim Their Dignity]

What advice do you have for little girls in Mali?

Diallo: Study. You have to study. Whether you’re going to have your own business, or if you’re going to work in someone else’s business, you need to study now. Without an education, you are just stuck.

What about for little boys?

Diallo: Young boys should be educated from the time they’re very young that women are important. Now with the internet, Malian boys can see that in the US, women may be cooking, but men are cleaning the house.

Generation by generation, things are starting to change. But education is the base of everything.

Don’t miss the first piece in this series, featuring Roopa Dhatt and Kelly Thompson: New Series: Women on the Rise in Global Health

 

Les femmes et leur rôle grandissant dans le domaine de la santé mondiale : Entretien avec une pionnière au Mali

Comment les femmes peuvent-elles accéder à des postes de direction dans le domaine de la santé mondiale et ailleurs ? Hawa Diallo a son idée sur la question.

Que faut-il faire pour ouvrir davantage de postes de direction aux femmes dans le domaine de la santé mondiale ? Comment pouvons-nous aider les femmes et les jeunes filles à obtenir les soins de santé dont elles ont besoin ? Et nous rapprochons-nous de notre objectif d'égalité entre les femmes et les hommes ?

Voilà quelques-unes des questions que nous posons dans le cadre de notre série sur Les femmes et leur rôle grandissant dans le domaine de la santé mondiale. Nous souhaitons connaître les idées et les points de vue de femmes leaders à travers les domaines des soins et de la santé mondiale pour comprendre leur parcours et déterminer les efforts à déployer pour changer les statistiques.

Pour cette édition, Molly Rosett et moi-même sommes allées à la rencontre de Hawa Diallo, l'administratrice générale de la Fondation Orange au Mali. Orange est une des plus grandes entreprises au Mali. Les kiosques vendant leurs téléphones mobiles et leurs services d'accès à l'internet semblent apparaître à chaque coin de rue, même dans les zones les plus reculées de ce vaste pays.

« C'est une entreprise de communication, oui, » affirme Mme Diallo, « mais nous estimons qu'il est de notre responsabilité d'aider la population malienne à sortir de la pauvreté. »

La Fondation aide notamment la population malienne en construisant des espaces propres et sûrs au sein des structures de santé où peuvent rester les femmes bénéficiant de soins en rapport avec une fistule obstétricale, une des afflictions les plus pénalisantes au monde, et trop souvent rencontrée dans les pays où les femmes ne bénéficient pas des même droits, où les jeunes filles sont mariées à un jeune âge et où les mutilations génitales féminines sont largement répandues.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre enfance et de votre parcours professionnel ?

Diallo : J'ai grandi au Mali dans une famille avec une grande fratrie. Mes parents ne sont pas allés à l'école mais ils ont tout fait pour que nous en ayons la possibilité. Mon père nous disait que notre premier mari était notre diplôme.

En grandissant, j'ai vu à quel point les femmes souffraient au Mali. J'avais beaucoup de cousines plus âgées et j'ai vu que celles qui avaient fait des études avaient une bonne vie bien remplie. Mais celles n'ayant pas fait d'études dépendaient de leur mari et n'avaient aucune liberté.

Au Mali, la plupart du temps, l'éducation des enfants est confiée aux femmes. Mais lorsqu'une femme n'est pas bien traitée, elle ne peut pas s'occuper de l'éducation de ses enfants. Il y a beaucoup d'enfants qui ne vont pas à l'école et cela s'explique par un manque d'environ 10 dollars sur l'année.

J'étais bonne élève et j'ai obtenu une bourse pour étudier en France. Quand je suis rentrée, j'ai travaillé pour une entreprise de communication, puis dans une banque. Quand j'ai commencé à travailler pour ce qui est ensuite devenu Orange, j'étais vendeuse. J'ai ensuite poursuivi ma carrière dans les services bancaires mobiles et j'ai été à la tête d'Orange Money pendant cinq ans avant de rejoindre la Fondation, qui œuvre dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la culture et de la solidarité.

Le Mali est un pays pauvre et les besoins sont nombreux. Mon rôle est d'aider la population à bénéficier d'un meilleur accès aux soins de santé, d'aider les enfants à réussir à l'école et de promouvoir le vaste héritage culturel du Mali.

Cela fait quoi d'être une femme dans la population active au Mali ?

Diallo : C'est difficile. Par rapport aux hommes, les femmes doivent toujours mettre les bouchées doubles dans leur travail. Elles doivent obtenir de meilleurs résultats et faire des études plus poussées pour travailler au même niveau que les hommes. Et quand bien même, certaines professions sont réservées aux hommes.

Parfois, dans mon travail, lorsque je suis en présence d'un collègue masculin, les partenaires que je rencontre parleront avec lui en pensant qu'il est mon chef. Et quand j'ai pris en main une équipe pour la première fois, j'ai découvert que les hommes ne me respectaient pas tout de suite et qu'il était difficile de travailler avec eux.

Quand vous êtes dans cette position, vous devez connaître votre travail sur le bout des doigts et comprendre celui des personnes dont vous êtes responsables encore mieux qu'elles. Quand les gens se rendent compte que vous ne sortez pas de nulle part et que vous connaissez votre métier, ils commencent à vous respecter.

Quelles sont les personnes qui ont exercé la plus grande influence sur vous ?

Diallo : L'une d'elles est Nelson Mandela. Non pas parce que c'est un homme mais parce qu'il s'est battu pour faire valoir ses idées. Et quand vous vous battez pour défendre vos idées, vous donnez un bon exemple à vos enfants, qui en feront de même à l'avenir.

À votre avis, quelles démarches faudra-t-il entreprendre pour ouvrir davantage de postes de direction aux femmes comme vous ?

Diallo : Cela commence à la maison. Au Mali, les filles acquièrent des compétences rudimentaires, telles que la cuisine, le ménage et la lessive. Si un garçon rentre dans la cuisine et veut aider, il est chassé de la pièce. Si une fille veut sortir pour aller jouer, on lui dira non.

Les femmes doivent être éduquées. Et elles doivent se battre pour elles-mêmes, dans la mesure où le Mali est une société patrilinéaire. Beaucoup de femmes vont à l'école, obtiennent un diplôme et se marient et, par la suite, leur mari leur dit de rester à la maison.

Nous avons besoin d'un plus grand nombre de femmes au sein même du gouvernement malien car elles aideront d'autres femmes à occuper des postes décisionnels.

Que faites-vous pour aider les femmes souffrant d'une fistule obstétricale au Mali ?

Lorsque j'ai débuté à la Fondation, elle venait déjà en aide aux femmes atteintes d'une fistule. Elle donnait 50 kits chirurgicaux chaque année et soutenait le Centre Oasis à l'Hôpital du Point G à Bamako. J'ai vu ces femmes atteintes d'une fistule souffrir terriblement mais je savais pas ce que nous pouvions faire d'autre pour les aider. C'est alors que nous avons reçu une demande de la part d'IntraHealth.

Cheick Touré a réuni l'ensemble du personnel et des partenaires du projet de lutte contre la fistule au Mali pour discuter de ce que chacun pouvait faire pour aider ces femmes. Durant cette conversation, quelqu'un a émis l'idée d'un espace leur étant dédié au sein des hôpitaux pour les accueillir durant leur opération chirurgicale.

C'est ainsi que nous avons bâti un centre d'accueil pour les patientes atteintes d'une fistule au sein de l'Hôpital de Sikasso au sud du Mali. Nous en construisons désormais un deuxième au centre de santé de référence de Koulikoro.

La Fondation Orange met également en œuvre le programme Maison Digitale à travers lequel nous travaillons avec des femmes sur l'ensemble du territoire à l'utilisation de tablettes pour gérer leurs finances et acquérir quelques compétences en matière de comptabilité. Nous espérons intégrer prochainement à ce programme les patientes atteintes d'une fistule.

[Deux femmes retrouvent leur dignité après avoir vécu cinquante longues années avec une fistule obstétricale]

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes filles au Mali ?

Diallo : Étudiez. Vous devez étudier. Que vous souhaitiez être à la tête de votre propre entreprise ou travailler pour le compte de quelqu'un d'autre, vous devez poursuivre des études dès à présent. Sans éducation, vous vous retrouverez coincées.

Et pour les jeunes garçons ?

Les jeunes garçons doivent apprendre dès le plus jeune âge que les femmes sont importantes. Maintenant, grâce à l'Internet, les garçons maliens peuvent voir qu'aux États-Unis, les femmes peuvent être amenées à faire la cuisine mais aussi que les hommes font le ménage.

D'une génération à l'autre, les choses changent. Mais l'éducation est à la base de tout.

Ne manquez pas le premier article de cette série en compagnie de Roopa Dhatt et Kelly Thompson : Nouvelle série : Les femmes et leur rôle décisif dans le domaine de la santé mondiale