News

The Roadblocks to Universal Health Coverage and How NGOs Can Help Remove Them


There are two big things holding us back.


en français

Why haven’t we achieved health for all yet? Forty years ago, the global health community committed to achieving primary health care for all by 2000. But today, about half of the world’s population still does not have full access to essential health services.

Could public-private partnerships finally get us there? Last month at the Africa Health Business Symposium (AHBS) in Johannesburg, an annual event we helped sponsor, hundreds of health ministers, government officials, business representatives and health-sector stakeholders and investors from across Africa came together to discuss this.

But I left chewing on a different question: How do we move from small- and mid-scale pilot partnerships between the public and private sectors to big, collaborative impact on global health?

Global momentum

In Johannesburg, Dr. Aaron Motsoaledi, minister of health in South Africa, explained there’s no medical school textbook that teaches students one treatment protocol for rich people and another for poor people. Yet, in practice, due to inequities in reach and service quality, this is what happens. It was true in 1978, it was true when we set the Millennium Development Goals (MDGs) and it’s true today, as we work toward the Sustainable Development Goals (SDGs).

So, why are we chasing a future that never comes? Our global agendas have led to fantastic progress since the 1978 Alma-Ata Declaration, yes, but the idea that our grandchildren might sit here 40 years from now and have this same conversation is unacceptable. We need to continue planning for the future. But we also need positive, on-the-ground disruption to accelerate progress today. Can the private sector offer that disruption?

For the past 40 years, we’ve tried to reach our health goals mostly by advancing in our own sectors or trying out partnerships on a project-by-project basis. At IntraHealth International, we’ve worked with the Novartis Foundation and corporations in Dakar to combat hypertension. In Kenya, the Afya Elimu student loan mechanism is a great example of sustainable, cross-sector collaboration that is keeping health worker trainees in school.

But where are the efficient, productive, large-scale solutions to public health in Africa that public-private partnerships could offer? Two things are stopping us: risk and trust.

Risk and trust

The public and private sectors eye each other as risky bedfellows. In Johannesburg, both sides spoke frankly about their concerns and hopes.

On the public side, there’s an aversion to the idea that companies should profit on the health of people, particularly on the health of poor people. Will private companies ruthlessly put revenue above all else, including quality and social equity? Will those who can afford them continue getting high-end services while those who can’t are left farther behind? Will wealthy corporations wield too much power? And what about the time and resources it takes simply to vet and select the partnerships that could succeed and scale?

On the private side, we heard about how slow and bureaucratic the public sector can be, how it can stifle innovation, reward incompetence and even harbor corruption. While the public sector might dangle promises of scale, it is also known for challenges that can reduce profitability—politics, evolving regulatory environments, financing mechanisms and so on. Any given election can turn a once favorable environment for collaboration into a hostile one.

We talk a lot about how the two sectors are different and what we have to lose. But we don’t talk much about our common ground and how we can manage and mitigate risks to select and nurture the “right” partnerships. In fact, we don’t spend enough time talking to each other at all.

There is a burgeoning body of research already shedding light on risk mitigation and facilitating environments for partnerships in the health sector in low- and middle-income countries. Partnerships can be set up to pool risks and meet the needs of all parties.

With the right due diligence and dialogue, we can design partnerships that level the playing field between those who have the money and resources and those who have the reach.

Who’s in the driver’s seat?

One thing I heard over and over from health ministers and others at AHBS is that country governments need contextualized solutions. They aren’t looking to implement the global agenda or a company’s latest innovation, they’re looking to meet the health needs of their citizens. They also want the global community to learn from their experiences—in fact, they are a bit tired of what they perceive as the persistent one-way flow of information. They want to drive.

And from private-sector companies, I heard a lot of enthusiasm and know-how. They want to invest and start moving. They are impatient with bureaucracy and know how to get things done. They want to drive.

NGOs: The catalyst for better dialogue and more action

There’s a role here for local, regional and international NGOs to be the catalyst for better dialogue and more action between the public and private sectors.

We know public health sectors. We know the stakeholders to engage. We also know how to evaluate and engage private partners. We can help busy governments evaluate potential partnerships. We can be part of the risk mitigation strategies governments employ to ensure the balance of power doesn’t always shift to the partner who brings the most money, or that if a private-sector solution fails, we learn from it and move on. And if it works, it moves forward faster.

This will be a long journey. We’ll need to take turns driving to get there in one piece. By building solid communication into our partnerships, we can agree who’s turn it is and when.

I’m hoping that at next year’s AHBS, we’re not still talking about potential risks, but rather learning from the collaborations and investments that were seeded last month in Johannesburg. And after the global community descended on Astana for the Global Primary Health Care Conference in October, I hope multilateral agencies, donors, private-sector actors, government representatives and country-level voices can continue the honest dialogue that builds the trust we need to succeed.

This post originally appeared on Forbes.

Les entraves à la couverture universelle en santé et comment les ONG peuvent contribuer à leur élimination

Pourquoi la santé pour tous n'est-elle pas encore une réalité ? Il y a quarante ans de cela, la communauté de la santé mondiale s'engageait à des soins de santé primaires pour tous à l'horizon 2000. Mais, aujourd'hui, près de la moitié de la population mondiale n'a toujours pas pleinement accès à des services de santé essentiels.

Les partenariats entre le secteur public et le secteur privé pourraient-ils enfin nous aider à y parvenir ? Le mois dernier, lors du Symposium sur le secteur de la santé en Afrique (AHBS), à Johannesburg, un événement annuel que nous avons aidé à parrainer, des centaines de ministres de la Santé, de représentants gouvernementaux et d’acteurs du monde de l'entreprise, ainsi que des parties prenantes et des investisseurs du secteur de la santé issus de l'ensemble du continent africain, ont abordé ce sujet.

Mais en partant, une autre question me taraudait : Comment passer de partenariats pilotes à petite ou moyenne échelle entre les secteurs public et privé à un impact collaboratif important sur la santé mondiale ?

Créer une dynamique au niveau mondial

À Johannesburg, le Dr. Aaron Motsoaledi, le ministre de la Santé sud-africain, expliquait qu'il n'existait pas de manuel scolaire en médecine enseignant aux étudiants un protocole de traitement pour les riches et un autre pour les pauvres. Néanmoins, dans la pratique, en raison des inégalités en termes d’envergure et de qualité des services, c'est bel et bien le cas. Cela était vrai en 1978 et lorsque nous avons établi les Objectifs du millénaire en développement (OMD). Cela se vérifie encore aujourd'hui, alors que nous cherchons à réaliser les Objectifs de développement durable (ODD).

Dès lors, pourquoi nous mettons-nous en quête d'un avenir si illusoire ? Nos programmes mondiaux ont, certes, débouché sur des progrès formidables depuis la Déclaration d'Alma-Ata en 1978 mais l'idée que nos petits-enfants puissent se retrouver ici dans 40 ans pour avoir la même conversation est inacceptable. Nous devons continuer à planifier notre avenir. Mais nous devons également, de manière positive, bousculer l’ordre établi sur le terrain pour accélérer les progrès dès à présent. Le secteur privé peut-il œuvrer en ce sens ?

Au cours des 40 dernières années, nous avons cherché à réaliser nos objectifs sanitaires, la plupart du temps, en favorisant nos propres secteurs ou en expérimentant des partenariats d'un projet à l'autre. À IntraHealth International, nous avons collaboré avec la Fondation Novartis et diverses entreprises à Dakar pour lutter contre l'hypertension. Au Kenya, le mécanisme d'emprunt étudiant Afya Elimu constitue un excellent exemple de collaboration intersectorielle pérenne permettant aux prestataires de soins en formation de poursuivre leurs études.

Mais quid des solutions performantes, productives et à grande échelle en matière de santé publique en Afrique que les partenariats public-privé seraient en mesure d'offrir ? Deux obstacles se dressent sur notre route : les notions de risque et de confiance.

Risque et confiance

Les secteurs public et privé ne font pas toujours bon ménage. À Johannesburg, les deux camps se sont exprimés avec franchise quant à leurs inquiétudes et aspirations.

Du côté du secteur public, il existe une aversion quant à l'idée que des entreprises doivent profiter de la santé des personnes, en particulier de celle des plus démunis. Les entreprises privées placeront-elles leurs revenus au-dessus de toute autre considération, y compris la qualité et l'équité sociale ? Les personnes en ayant les moyens continueront-elles de bénéficier de services haut de gamme, tandis que celles ne pouvant se permettre de telles dépenses se retrouveront laissées pour compte ? Les riches entreprises exerceront-elles un pouvoir trop important ? Et quid du temps et des ressources nécessaires ne serait-ce que pour examiner minutieusement les partenariats et sélectionner les plus susceptibles d'aboutir ou d'être étendus à grande échelle ?

Du côté du secteur privé, nous avons eu vent de la lenteur et de la lourdeur administrative du secteur public, et de la manière dont cet environnement étouffe l'innovation, récompense l'incompétence et favorise la corruption. Alors que le secteur public fait parfois miroiter des promesses de mise à échelle, il est également connu pour certaines problématiques pesant éventuellement sur la rentabilité, à savoir la politique, l'évolution des cadres réglementaires, les mécanismes de financement et autres. De plus, toute élection peut transformer un environnement propice à la collaboration en contexte hostile.

Nous parlons beaucoup de la manière dont ces deux secteurs diffèrent et de ce qu'ils ont à perdre. Mais nous ne parlons pas suffisamment de nos terrains d'entente et de la manière dont nous pouvons gérer et réduire les risques pour choisir et entretenir les « bons » partenariats. En réalité, nous ne passons tout simplement pas assez de temps à nous parler les uns les autres.

Un nombre croissant de recherches nous éclairent déjà sur la réduction des risques et les environnements propices aux partenariats dans le secteur de la santé au sein des pays à revenus faibles et intermédiaires. Des partenariats peuvent être créés pour partager les risques encourus et répondre aux besoins de l'ensemble des parties.

À l'aide d'un dialogue et de vérifications préalables, nous pouvons concevoir des partenariats mettant sur un pied d'égalité les intervenants dotés d'argent et de ressources et ceux ayant le rayonnement nécessaire pour mener à bien ces initiatives.

Qui placer à la tête de ces partenariats ?

Lors de l'AHBS, j'ai entendu à maintes reprises auprès des ministres de la Santé et d'autres intervenants que les gouvernements nationaux avaient besoin de solutions adaptées à leur contexte. Ils ne cherchent pas à mettre en œuvre le programme mondial ou la dernière innovation d'une entreprise. Leur souhait est de répondre aux besoins sanitaires de leurs concitoyens. Ils veulent également que la communauté internationale tire des enseignements de leurs diverses expériences. À vrai dire, ils sont un peu las de ce qu'ils perçoivent comme un flux d'informations constant et à sens unique. Ils veulent prendre les choses en main.

Et, s'agissant des entreprises du secteur privé, j'ai beaucoup entendu parler d'enthousiasme et de savoir-faire. Elles veulent investir et passer à l'action. Elles veulent en finir avec la paperasserie et savent comment s'organiser. Elles aussi veulent prendre les choses en main.

Les ONG : Les catalyseurs d'un meilleur dialogue et de nouvelles mesures

Les ONG locales, régionales et internationales ont ici un rôle à jouer pour devenir les catalyseurs d'un meilleur dialogue et de nouvelles mesures entre les secteurs public et privé. Nous connaissons les secteurs de la santé publique. Nous savons quels acteurs impliquer. Nous savons, en outre, comment évaluer et mobiliser les partenaires privés. Nous pouvons venir en aide à des gouvernements déjà bien affairés pour évaluer d'éventuels partenariats. Nous pouvons nous intégrer aux stratégies de réduction des risques employées par les gouvernements pour veiller à ce que les rapports de force ne penchent pas toujours du côté du partenaire débloquant le plus de fonds, ou, dans le cas où une solution du secteur privé échoue, à ce que nous en tirions certains enseignements pour repartir de l'avant. Et, dans le cas où cette approche porte ses fruits, nous avançons plus vite.

Le chemin sera long. Nous devrons nous relayer à la tête des partenariats pour arriver à bon port. En instaurant une communication étroite à l'intérieur des partenariats, nous pourrons convenir du bon moment et du partenaire le plus indiqué pour prendre la barre.

J'espère que lors de l'AHBS de l'année prochaine, nous n'en serons plus à parler des risques potentiels, mais plutôt à tirer des enseignements de collaborations et d'investissements ayant été décidés le mois dernier à Johannesburg. En outre, une fois que la communauté internationale se sera rendue à Astana dans le cadre de la Conférence mondiale sur les soins de santé primaires en octobre, j'espère que des agences multilatérales, des bailleurs de fonds, des acteurs du secteur privé, des représentants des gouvernements et des intervenants au niveau des pays pourront poursuivre ce dialogue honnête qui assoit la confiance dont nous avons besoin pour réussir.

This post originally appeared on Forbes.